Partageons nos valeurs
  FAIRE UN DON
Tél. : 02 97 70 74 21
contact@f-sc.org
NOUS CONTACTER


Accueil > Actualités > La réponse des musulmans au terrorisme djihadiste

La réponse des musulmans au terrorisme djihadiste


Marie Pelatan a étudié la réponse des musulmans au terrorisme djihadiste. Comment certains rapports de forces, sous forme d’injonctions, modèlent leurs discours ? L’objectif de son travail a été de mesurer les conséquences que ces injonctions ont sur la qualité de la lutte contre le terrorisme djihadiste en France.
Ses recherches se sont inscrites dans le cadre d’un contrat d’alternance au sein du Centre d’Expertise Lutte contre le Terrorisme et de son Master 2 en Relations Internationales et Action à l’Etranger à la Sorbonne.

Comment avez-vous été amenée à étudier ce sujet ?

Le terrorisme djihadiste touche l’ensemble de la population française. Certains souffrent d’une blessure physique, d’autres psychologique. Les musulmans, eux, souffrent d’une blessure que l’on pourrait définir comme spirituelle tant elle les a bouleversés dans leur foi et leur pratique de l’islam. Je me suis longtemps posée la question de leur capacité à lutter contre la radicalisation violente et si la religion pouvait être un outil de désengagement. Les musulmans peuvent-ils être des acteurs dans la lutte contre le terrorisme ? Si oui, comment ? Si non, pourquoi ?
La réponse des musulmans de France malgré son éclatement est bel et bien présente. Malheureusement, il y a très peu de travaux de recherche qui tentent d’analyser la réponse des musulmans à cette menace. Pourtant, je suis convaincue que leur témoignage peut apporter autant de clés de compréhension que de réponses au terrorisme islamiste. Les musulmans sont dans une position qui les définit à la fois victimes du terrorisme et acteurs de la lutte contre ce phénomène.

Aviez-vous des attentes ou des craintes particulières avant de commencer vos recherches ?

J’avais bien une appréhension : le sujet étant particulièrement complexe et le climat toujours tendu, je pensais recevoir plus de refus et de critiques. En effet, les personnes contactées auraient pu m’accuser de faire l’analogie entre islam et terrorisme, de leur faire porter le fardeau de ce qui arrive à la France. Pourtant, les refus ont été rares et les personnes rencontrées étaient autant accueillantes qu’ouvertes à la discussion. Participer à cette enquête était une occasion de partager leurs expériences, leurs opinions et de redéfinir la position des musulmans selon leurs termes.

Quel est l’intérêt d’étudier la réponse des musulmans dans le contexte actuel ?

La menace terroriste posée par Daesh a changé depuis les premières attaques sur notre territoire. Le risque de nouvelles attaques de grande ampleur et préparée depuis l’étranger est devenu moindre mais le retour des djihadistes français et de leur famille pose de nouvelles menaces. La France sera soumise à une épée de Damoclès portée par le terrorisme islamiste durant quelques années encore, d’où la nécessité d’adopter une réponse cohérente et à long terme, basée sur une compréhension aussi complète que possible. Les musulmans en France ont une position aussi compliquée qu’essentielle, seuls témoins des failles dans lesquelles l’islamisme violent s’engouffre. Nous savons que la force martiale des groupes tels que Daesh ou Al-Qaïda peut s’affaiblir mais leur idéologie, elle, ne s’essouffle pas. Je dirais même que c’est elle qui leur offre cette capacité d’adaptation absolument hors normes, d’où la nécessité de l’observer, de la comprendre et de la décrypter, selon un maximum de modèles et de repères possible.

Quelle a été votre méthode de travail ?

Ce travail est basé sur des entretiens que j’ai mené dans l’Ouest de la France. J’ai essentiellement travaillé dans le Grand Ouest pour deux raisons : pour apporter un regard nouveau sur la problématique, souvent traitée au niveau national ou en région Ile-de-France et pour observer si les discussions autour du terrorisme au niveau local et hors de la région parisienne différaient tant sur le fond – les argumentaires sont-ils identiques ? – que sur la forme – les débats y sont-ils plus apaisés ?

J’ai recueilli des témoignages de deux types d’interlocuteurs : d’acteurs de la vie musulmane française et de personnes insérées dans la lutte contre le terrorisme djihadistes à plusieurs niveaux. Je suis donc allée à la rencontre de huit musulmans issus de courants différents et exerçant des rôles divers et variés et j’ai aussi rencontré des chercheurs, élus ou psychologues pour étendre ma compréhension du sujet.

Comment se construit la réponse des musulmans au terrorisme djihadiste ? Par quoi est-elle influencée ?

On peut dire que la réponse des musulmans se construit en fonction d’injonctions. Il semble même que ces injonctions conditionnent cette réponse, ne serait-ce que partiellement. Prendre en compte ces injonctions permet d’affiner notre compréhension de la position des musulmans dans la lutte contre le terrorisme djihadiste. J’ai notamment repéré et traduit trois types d’injonctions. La première injonction est « externe », soit séculière. Les musulmans interrogés intègrent dans leur témoignage des éléments psychologiques, sociologiques ou encore politiques qui forment à la fois leur compréhension du terrorisme, mais aussi leur capacité à y répondre en tant que musulmans. Le deuxième type d’injonctions est celui de l’injonction « interne ». Les injonctions « internes » sont des facteurs religieux qui modèlent, eux aussi, la réponse des musulmans français au terrorisme. Qu’il s’agisse de l’organisation du culte ou encore de l’influence de courants dominants, de nombreux témoignages font état d’un conditionnement religieux de la réponse au terrorisme. Enfin, les dernières injonctions repérées sont des injonctions dites « culturelles ». Comment les musulmans intègrent-ils les données culturelles françaises – telles que la laïcité – dans leur réponse au terrorisme djihadiste ?
L’objectif de cette étude est double : comprendre la place des musulmans dans la lutte contre le terrorisme islamiste et comprendre comment la réponse d’une communauté heurtée par une idéologie mortifère – telle que le sont les musulmans avec le djihadisme – se construit ou plutôt, se régule.

Son mémoire sur la réponse des musulmans au terrorisme djihadiste sera publié prochainement.